PLACE AU RUGBY

Lancé il y a trois ans à Bayonne, le Red Bull Ovalie est désormais devenu un rendez-vous incontournable de l’intersaison. Le samedi 25 juin 2016, les célèbres remparts du stade Christian-Bélascain à Bayonne vibreront à nouveau sous le festival offensif de ce tournoi à 5 devenu un temps fort du rugby amateur.

En empruntant des règles au rugby à 15, mais aussi au 7, au 13 au Touch et au Beach Rugby, le Red Bull Ovalie préserve à la fois l’esprit offensif et la sécurité des joueurs. Sur un terrain carré de 35 mètres de côté, deux équipes de cinq joueurs s’affrontent balle en main, sans mêlées ni touches. L’objectif est d’aller aplatir dans l’en-but en récoltant, si possible, un point de bonus, offert si le ballon est aplati dans la « zone bonus » ou si la passe décisive est délivrée au pied.

Deux tactiques s’offrent aux défenseurs : plaquer sous la ceinture – le ballon est alors redonné à la défense – ou toucher au niveau du torse. Le ballon change alors de camp après trois touchers.

UN BRACELET CAP’FÊTES POUR BAYONNE

La sécurité lors des Fêtes de Bayonne ne passe pas que par la présence policière. Elle passe aussi par la route à l’heure de retrouver son lit après de longues soirées de fêtes ! Et pour récompenser les Capitaines de soirées, la ville de Bayonne et les cafetiers ont décidé de mettre en place un bracelet Cap’Fêtes.

Le principe est simple. Chaque capitaine de soirée se présente au Point Info de sFêtes de Bayonne où le bracelet Cap’Fêtes lui est remis. En échange, il pourra bénéficier de boissons non alcoolisées gratuites chez les établissements partenaires. Un logo apposé sur le bar ou sur la devanture permet de les identifier.

A chaque jour de fête sa couleur de bracelet, histoire de faire tourner les capitaines de soirée et s’assurer que le futur chauffeur respecte bien la consigne simple mais vitale : celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas !

EXPLOSIONS DANS LA ZONE INDUSTRIELLE DE BAYONNE

Il était aux environs de 11 heures ce jeudi 12 mai 2016 quand au moins une explosion a retenti dans le quartier industriel de Bayonne, dans le nord est de la ville.

Selon les premiers témoignages des journalistes de Sud Ouest et France Bleu Pays Basque, l’explosion serait du à un câble à haute tension tombé sur l’usine Derichebourg installée sur le chemin de Cazenave à Bayonne. Au moins une bonbonne d’acétylène aurait explosé.

Les secours ont été dépêchés sur place où deux personnes seraient portées disparu, tandis que trois blessés ont déjà été pris en charge. La Mairie de Bayonne, dont le maire est présent sur place avec la sous-préfète, confirme la mort de deux personnes présentes sur le site.

Le quartier a été bouclé afin de sécuriser les lieux. Les fenêtres de la maison de retraite voisine ont été endommagés, et une crèche a du être évacuée. Aucune personne n’a été blessée dans les environs, selon les premiers éléments fournis.

COMMUNIQUÉ DE L’UDI DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Une nouvelle taxe pour les entreprises et les particuliers devrait apparaître sur les feuilles d’impôts en 2017. Le Premier Ministre Manuel Valls a annoncé la création d’une taxe en faveur des Régions, intitulée « taxe spéciale d’équipement régional ». Elle devrait rapporter 600 millions d’euros aux nouvelles régions, fusionnées pour faire des économies.

Cette nouvelle taxe annoncée dans le projet de loi de Finances 2017 a fait réagir le délégué départemental de l’UDI dans les Pyrénées-Atlantiques, Thibault Chenevière. Voici le communiqué de l’adjoint au maire de Pau.

«Le gouvernement profitant de l’actualité sociale et internationale chargée, instaure une nouvelle taxe sur les ménages et les entreprises afin de financer les nouvelles grandes régions. Pourtant le gouvernement promettait que ces nouvelles régions coûteraient moins cher aux contribuables. Nous assistons à du bricolage fiscal !

Avec cette nouvelle imposition, que les Palois retrouveront très prochainement sur leur avis de taxe foncière, la France va pouvoir rester, est de loin, le pays dont la pression fiscale est la plus forte.

Cette décision va tellement à l’encontre des promesses de François Hollande et du PS qu’une seule réaction me vient:  hé oh la Gauche !»